Mashrou’ Leila, Alice on the roof, Viot et…

Classé dans : Musique !, Top | Temps de lecture : 1 minute et 36 secondes | 0

Mashrou’ Leila, Alice on the roof, Viot… cette semaine, nous voyageons !

Découvrez tous les week-ends les derniers albums qui ont accompagné ma semaine.


1. Mashrou’ Leila : Ibn El Leil

Cette semaine, j’ai découvert une œuvre magistrale qui ne m’était pas encore montée aux oreilles (merci Camille !) : Ibn El Leil de Mash’rou Leila, sorti en 2015. Il s’agit du troisième album de ce groupe rock libanais. J’avais déjà écrit une nouvelle sur Fasateen il y a deux ans.

Cet album est très éloigné de l’objet de ma nouvelle. Il est très moderne, électronique et occidental, de par les cordes et les cuivres qui me font penser à How Big, How Blue, How Beautiful, autre merveilleux album de Florence and the Machine, notamment sur les chansons Maghawir et Tayf (Ghost). C’est un beau mélange entre ce qui peut se faire maintenant en Europe, et la langue et les sonorités arabes sublimées par la voix de Hamed Sinno.

Je l’ai adoré dès les premières notes de la première chanson et jusqu’au dernier son de voix. L’album s’achève avec l’impression d’être si court. puis je le remets.

A écouter d’urgence !

 

2. Alice on the roof : Higher

En parallèle, j’ai écouté le premier album d’Alice on the roof : Higher. La voix cristalline de cette belge a été découverte sur la version belge de The Voice. Elle a cartonné au pays des frites et des moules avec son premier single Easy come easy go.

L’album est très agréable à écouter, avec de belles mélodies électropop comme on en attend dans le genre, qui font parfois penser à Lana Del Rey. Ma chanson préférée de l’album est Monopoly Loser.

Voici le plus beau clip des trois déjà sortis selon moi :

 

3. Viot : Astana

Chanteur français que je viens tout juste de découvrir avec son titre Pars, pour lequel j’ai eu un véritable coup de cœur, Viot (anciennement Adrien Viot, puis AV) signe un album très envoûtant qui se fonde sur des guitares électriques, parfois sauvages qui dessinent de larges paysages américains, et un son électro bien d’aujourd’hui. Mention spéciale pour la chanson Astana qui dure tout de même 8 minutes et 40 secondes de pures vibrations. Sa voix ressemble beaucoup à celle d’Alain Bashung, surtout sur Honey dont la mélodie me fait beaucoup penser à Oh Gaby.

En un mot, Astana est la BO d’un road-movie qui reste à tourner.

 

… et en bonus : Tom Odell, Wrong Crowd

Le chanteur britannique de Another Love, Tom Odell, revient avec le titre éponyme de son prochain album : Wrong Crowd. Bel extrait. Espérons que le reste de l’album décolle. Réponse le 10 juin 2016 ! 

 

J'aime. Je commente. Je partage.