Révélations paternelles (9/9)

Classé dans : L'Improbable Mari | Temps de lecture : 2 minutes et 7 secondes | 0

Alors que je pensais que l’histoire s’achèverait sur un enterrement, voici que le père me tire à part…

Partie 9/9 de L’Improbable Marinouvelle réaliste sur Eva, petite femme ronde qui pensait ne jamais voir sa vie changer… mais c’était sans compter sur la Providence…

(Lire l’épisode précédent : Oraison funèbre au feu mari posthume.)


Nous nous assîmes à l’écart, sur un banc. Le cortège avançait sans nous. Marc attendait dans un coin, derrière un arbre.

— J’ai été surpris de vous rencontrer, commença-t-il. J’ai longtemps cru que vous n’existiez pas vraiment. Finalement, nous avons peu vu la femme de Hans. Elle était évidemment présente au mariage, mais ensuite nous ne l’avons pas rencontrée plus de trois fois. Quand nous l’appelions, il oubliait souvent de l’évoquer, comme s’ils ne vivaient pas ensemble, malgré les photographies d’elle qui recouvraient les murs.

« J’ai toujours senti que les femmes étaient un sujet sensible pour lui. Je n’ai jamais insisté. Sa mère, en revanche, était toujours sur son dos. Elle voulait savoir s’il avait une copine, sinon pourquoi, quand il aurait des petits-enfants, etc. Elle n’arrêtait jamais et lui mettait une pression monstre. Il était impossible de la raisonner. Quand je lui parlais, elle se montrait d’accord avec moi, mais revenait à la charge dès qu’elle le revoyait. C’était presque du harcèlement.

Il se tut et déclara, sans ton :

— Eva mesurait 1,85 m pour 55 kg. Lire la suite­­

Oraison funèbre au feu mari posthume (8/9)

Classé dans : L'Improbable Mari | Temps de lecture : 1 minute et 23 secondes | 0

Les sœurs viennent de lever le voile sur le mystère du mari inconnu…

Partie 8/9 de L’Improbable Marinouvelle réaliste sur Eva, petite femme ronde qui pensait ne jamais voir sa vie changer… mais c’était sans compter sur la Providence… (Lire l’épisode précédent : La Véritable Histoire de M. Offenbach.)


Après une courte enquête, le coupable du meurtre de celui qui était devenu mon mari à titre posthume fut retrouvé. Il expliqua à Mme Providence qu’il ne connaissait pas Hans Offenbach. Il n’avait tout simplement pas accepté son refus, lorsqu’il lui avait demandé une cigarette. Il avait attrapé la première chose qu’il avait trouvée sur le trottoir et avait frappé, de rage contre ces connards d’égoïstes qui ne pensent qu’à leur promotion et jamais aux malchanceux de la vie. Quand il avait réalisé son geste, il était trop tard. Il avait jeté la conserve par terre et fui.

À l’enterrement, je fus conviée à lire un discours d’adieu. Lire la suite­­

La Véritable Histoire de M. Offenbach (7/9)

Classé dans : L'Improbable Mari | Temps de lecture : 4 minutes et 10 secondes | 0

Les parents s’en vont et je me retrouve en tête à tête avec les deux sœurs et Marc. Il est temps de connaître la véritable histoire de M. Offenbach, mon soi-disant mari…

Partie 7/9 de L’Improbable Marinouvelle réaliste sur Eva, petite femme ronde qui pensait ne jamais voir sa vie changer… mais c’était sans compter sur la Providence… (Lire l’épisode précédent : Rencontre posthume.)


À la fin de la journée, les parents partirent, me laissant seule avec les deux sœurs et le meilleur ami. Lorsque le portail de la propriété se referma sur la voiture, Marc s’exclama :

— Mais quelle est cette histoire, bordel de merde ?!

— Pour le coup, je suis d’accord avec lui, ajoutai-je sur un ton appuyé.

Un nouveau coup d’œil d’une des sœurs me remit à place. Je n’étais effectivement pas la maîtresse de maison et je n’avais plus à jouer, maintenant que le véritable public était parti.

— Asseyez-vous, je vais vous faire un thé et vous apporter des biscuits, déclara l’une des sœurs.

— Nous avons assez mangé et bu, j’ai besoin d’une explication, répliqua Marc.

Les deux sœurs s’assirent.

— Eva, Hans est homosexuel. Lire la suite­­

Rencontre posthume (6/9)

Classé dans : L'Improbable Mari | Temps de lecture : 1 minute et 10 secondes | 0

Le meilleur ami de Hans vient de me démasquer…

Partie 6/9 de L’Improbable Marinouvelle réaliste sur Eva, petite femme ronde qui pensait ne jamais voir sa vie changer… mais c’était sans compter sur la Providence… (Lire l’épisode précédent : Histoires d’autres.)


— Je suis Eva Offenbach, la femme de Hans.

— Vous mentez. Marc ne m’a jamais parlé de vous.

Il me prit de court. Je ne m’attendais pas une telle réponse.

— Et vous, qui êtes-vous ?

— Je suis le meilleur ami de Hans, répondit-il en rougissant.

— Qui ne connaît pas l’existence de la femme de son meilleur ami ? attaquai-je. Lire la suite­­

Histoires d’autres (5/9)

Classé dans : L'Improbable Mari | Temps de lecture : 2 minutes et 29 secondes | 0

Alors que je voulais fuir cette macabre comédie dans laquelle je joue la femme d’un mort, les deux sœurs m’obligent à continuer de jouer le jeu. Résultat, me voilà à raconter les histoires d’autres…

Partie 5/9 de L’Improbable Marinouvelle réaliste sur Eva, petite femme ronde qui pensait ne jamais voir sa vie changer… mais c’était sans compter sur la Providence… (Lire l’épisode précédent : Une vieille fille qui s’ennuie dans la vie.)


Le père restait silencieux dans son coin, imposant dans son fauteuil, tandis que la mère distribuait de petits biscuits qu’elle avait trouvés en fouillant dans les placards de la cuisine. Un long silence pesait sur nous. Les deux sœurs avaient retrouvé leur position enlacée sur le canapé.

Pour ma part, je ne savais que dire. Je n’aimais pas être le dindon de la farce, mais dans le même temps, je me faisais la réflexion que c’était le premier événement qui se produisait dans ma vie depuis la disparition de Croquette, mon chat. Je regardai ma montre. Ce n’était pas mon directeur général qui m’attendait : nous étions le 14 février – il devait passer la Saint-Valentin en compagnie de sa femme.

— Cela fait tant d’années que nous ne nous sommes pas vus… soupira la mère. Le temps nous a séparés… Comment était-il sur la fin ?

Lire la suite­­

Une vieille fille qui s’ennuie dans la vie (4/9)

Classé dans : L'Improbable Mari | Temps de lecture : 3 minutes et 42 secondes | 0

Moi, Eva, vieille fille qui s’ennuie dans la vie, après m’être fait passer pour la femme d’un pur inconnu, vais affronter mon mensonge et ma (soi-disant) belle-famille…

Partie 4/9 de L’Improbable Marinouvelle réaliste sur Eva, petite femme ronde qui pensait ne jamais voir sa vie changer… mais c’était sans compter sur la Providence… (Lire l’épisode précédent : Un petit mensonge de rien du tout.)


C’est un homme d’un certain âge qui entra le premier – il devait s’agir du père. Il se tenait droit et le menton haut, comme un homme fier qui veut se montrer insensible. Il fut suivi par trois femmes qui se soutenaient, la bouche et le nez plongés dans un mouchoir. L’une d’elles leva furtivement la tête vers moi et écarquilla légèrement les yeux, avant de les replonger dans le cou de la troisième femme.

Dans ma chaise, je restai immobile pour devenir invisible, me disant qu’ainsi l’inspectrice police m’oublierait. Il n’en fut évidemment rien. Elle les accueillit avec distance et respect.

Après quelques secondes, l’homme sortit de son mutisme :

— En êtes-vous sûre ?

— Oui, Eva Offenbach, votre belle-fille, l’a reconnu, expliqua l’inspectrice en me désignant du menton. Lire la suite­­

1 2 3 4 26