Le Vœu

Le Vœu

Classé dans : L'Elfe de Noël | Temps de lecture : 1 minute et 24 secondes | 0

Volmir se trouve enfin dans une situation d’extase. Il est temps de faire un vœu…

Partie 6/10 du conte de Noël L’Elfe de Noël narrant la rencontre entre un homme en deuil et un elfe. (Lire la partie précédente : Une situation d’extase.)


— Non, réplique Volmir.

— Pourquoi « non » ? Tu as dit que tu étais meilleur qu’un génie. La qualité, etc.

— Certes, mais pas plus con. 

— Bon, d’accord, oublie le nombre de vœux illimités. Je souhaite que Ludivine revienne.

— Non.

— Pourquoi ?! s’exclame Henri, choqué par l’attitude désinvolte de l’elfe.

— Nous ne pouvons pas ressusciter les morts. Désolé. J’aimerais le pouvoir autant que toi…

— Prends ma vie, alors, en échange de la sienne.

— Non. Les règles ne souffrent d’aucune exception ni négociation.

Henri s’enfonce dans le canapé. Il plonge le visage dans ses mains.

— Alors je ne sais pas. Je ne veux rien. Je n’ai besoin de rien si ce n’est d’elle. Elle était tout pour moi. Elle me suffisait pour vivre. Je donnerais tout pour qu’elle revienne, ne serait-ce qu’une seconde. J’ai peur de l’oublier, que son visage disparaisse et qu’il ne reste d’elle plus qu’un nom. Ludivine. Je commence déjà à perdre son parfum, le mouvement de ses cheveux. Il ne me reste qu’un goût d’antiseptique dans la gorge. Je l’aime et il ne me reste plus rien.

« J’ai été victime d’un accident de la route l’année dernière. J’en ai réchappé. J’aurais mieux fait de mourir à ce moment-là. À quoi sert de vivre si ce n’est pour elle ?

— Pour elle, répond l’elfe. Vis pour elle, Henri. Ne te sens pas coupable de continuer sans elle, de sourire pour d’autres qu’elle. Pense à elle. Que te dirais-tu à sa place ?

— Je ne suis pas à sa place, soupire à regret Henri.

— Alors, ce vœu ?

— Je n’en veux pas. Je vous le laisse. Faites-en ce dont vous en avez envie.

— D’accord ! s’exclame vivement Volmir.

Henri, qui ne s’attendait pas à cette réaction, se retourne vers l’elfe qui lui assène une pichenette sur le front. Henri n’a pas le temps de se plaindre qu’il se retrouve dans la chambre d’une petite fille, alitée, une canule dans le nez. Il la reconnaît. Il s’agit de Ludivine. Lorsqu’elle avait dix ans.

J'aime. Je commente. Je partage.