Paris/New York, deux visions différentes de l’amour

Classé dans : Dans la ville | Temps de lecture : 9 secondes | 0

Paris et New York sont deux villes bien opposées, notamment dans leurs visions différentes de l’amour.

Photographies prises au square du Vert Galant à Paris et à Central Park à New York.


À Paris, l’amour est un lien indénouable

Paris/New York, deux visions différentes de l'amour
Depuis quelques années, ces cadenas germent dans Paris. Un symbole de l’amour indéfectible entre deux personnes (ou plus, qui sait ?), c’est aussi un fléau pour le mobilier urbain qu’il dégrade.

À New York, l’amour est une clé offerte au premier

Paris/New York, deux visions différentes de l'amour
Des clés posées sur des barreaux autour du grand lac de Central Park. Symbole du cœur à prendre ? J’aime à le croire. Paris ville de l’amour et New York celle du célibat (on pense à Carry Bradshaw dans Sex and the City) ? Who knows?

L’amour, un voyage de station en station (2/9)

Classé dans : L'Improbable Mari | Temps de lecture : 2 minutes et 23 secondes | 0

J’ai été convoquée au commissariat où une inspectrice vient de m’annoncer la mort de mon mari.

Partie 2/9 de L’Improbable Mari, nouvelle réaliste sur Eva, petite femme ronde qui pensait ne jamais voir sa vie changer… mais c’était sans compter sur la Providence… (Lire l’épisode précédent : J’aurais dû me marier le plus tôt possible.)


L’inspectrice ne bougea pas. Pour marquer sa compassion, elle plissa les lèvres. Puis elle me tendit une boîte de mouchoirs.

J’en attrapai mécaniquement un. Je n’avais pas envie de pleurer. Comme maman m’avait prévenue, j’avais fini par arriver à un âge où je n’attendais plus le terminus, où l’amour ressemblerait uniquement à un voyage de station en station, avec une distance toujours plus grande entre chaque arrêt.

Non, je n’avais jamais été mariée. En revanche, je rêvais bien d’un divorce, qui n’était jamais arrivé : celui de mon amant de responsable depuis devenu mon directeur général.

Mon poing a étranglé le mouchoir. Mme Providence continuait de me regarder. J’ai demandé, machinalement, comme dans les séries :

— Que s’est-il passé ?

— Je sais que la nouvelle doit être dure à encaisser…

Non, elle ne l’était pas. Je ne savais même pas de quoi elle me parlait.

Lire la suite­­

J’aurais dû me marier le plus tôt possible (1/9)

Classé dans : L'Improbable Mari | Temps de lecture : 2 minutes et 13 secondes | 0

Je pensais ne jamais connaître l’amour, jusqu’au jour où l’on m’apprit la mort de mon mari…

Partie 1/9 de L’Improbable Mari, nouvelle réaliste sur Eva, petite femme ronde qui pensait ne jamais voir sa vie changer… mais c’était sans compter sur la Providence…


Je pensais ne jamais connaître l’amour, jusqu’au jour où l’on m’apprit la mort de mon mari.

Je ne m’y attendais vraiment pas. Mais qui peut s’attendre à une telle nouvelle ? Évidemment personne. La vie est ainsi faite que l’on pense, à tort, que tous les jours seront semblables aux précédents. Cela étant, la vie a su à de multiples reprises me rappeler le contraire. Elle a commencé par m’enlever mon frère, puis me retirer mon travail, avant de reprendre mon chat. Je pensais avoir touché le fond du puits, mais c’était sans compter sur la Providence.

Apparemment, mon mari était grand, beau, musclé, le symbole de la réussite. C’est celui que l’on peut voir dans les publicités Colgate, Diesel, Nespresso, Aviva… en fait, dans toutes les publicités, même les plus moches.

Évidemment, blond aux yeux bleus, il était Allemand. Selon maman, l’Allemand fait le meilleur électroménager, le meilleur style de vie… et le meilleur amant. Hélas ! comme maman le répétait, il est inaccessible. Elle le savait d’expérience, elle n’avait jamais réussi à en décrocher un.

Mon mari, Hans, était le meilleur dans tout. Sur les photos, vous ne voyiez que lui. Sur les vidéos, vous n’entendiez que lui. Le monde tournait autour de lui.

Lire la suite­­

Démarre Amore

Classé dans : Poésie d’amour | Temps de lecture : 8 secondes | 0

Histoire d’amour en quatre vers, de sa naissance à sa mort. Poésie sur l’amour qui vit et dévie.


Marre marre l’amour démarre
Chante chante l’amour s’enchante
Raille raille l’amour déraile
Remords remords l’amour est mort

Un milliard de façons de t’aimer

Classé dans : Poésie d’amour | Temps de lecture : 15 secondes | 0

L’homme ne sait pas aimer… et pourtant il existe un milliard de façons de le montrer.

Poésie sur l’amour qui déçoit.


Des signes de la main
Soufflés par la fenêtre

Quelques mots murmurés
Par-dessus deux bougies

De brefs baisers volés
Les regards détournés Lire la suite­­

1 2 3 4 5