La Parisienne, Femme moderne ou Homme arriéré ?

Classé dans : Il y eut | Temps de lecture : 3 minutes et 6 secondes | 0

Dimanche soir, je me suis posé devant ma télé, en compagnie de mon homme pour passer une soirée tranquille, en amoureux. Nous nous sommes versés un verre de vin, avons allumé la télévision et nous sommes arrêtés sur M6 qui diffusait un reportage de Zone interdite consacré à l’amour, au sexe et à la séduction, comme savait bien le décrire le sous-titre tape à l’œil du programme. Comme je ne suis pas meilleur qu’un autre, j’ai marché – d’autant que le résumé que mon programme TV me proposait mentionnait Bridget Jones (que la femme d’aujourd’hui n’était plus) – et je me suis laissé emporter dans la suave par les hallucinantes bonnes femmes qui s’exhibaient à la télévision pour raconter combien elles étaient modernes dans leurs relations amoureuses – de moins en moins humaines.

Lire la suite­­

Le Racisme

Classé dans : Il y eut | Temps de lecture : 3 minutes et 44 secondes | 0

Ils sont partout. Ils n’arrêtent pas de se multiplier, tels des lapins. Les pires sont ceux qui se dissimulent sous du maquillage pour s’infiltrer. Mais la ruse met peu de temps à être révélée. Ils occupent nos emplois, sont présents dans nos arbres généalogiques et nos repas de famille. Les plus faibles se taisent, prennent sur eux, jusqu’au jour où ils déclarent :

— Je ne suis pas raciste, mais…

Ou :

— Je n’ai rien contre les Roms, mais…

Il y a les plus lâches, qui crachent :

— Sales Arabes.

Tu as beau leur faire remarquer qu’ils sont amis avec Mehdi-par-ci-Medhi-par-là, ils répondent :

— Lui, ce n’est pas pareil : je le connais et il est gentil. D’ailleurs, il faut que je pense à lui rendre sa tondeuse. Mais c’est vrai que maintenant que j’y pense, ils vivent comme des chiens.

Et puis, tu arrêtes d’écouter. Après tout, c’est ton père.  Lire la suite­­

Le Chant du Capitalisme

Classé dans : Poésie en boîte | Temps de lecture : 42 secondes | 0

Je prends un homme et en fait une machine
Dénuée de sensation
Dénuée de compassion

Je prends un homme et en fait un individualiste
Qui tuera en mon nom
Qui tuera pour son nom

Je m’empare du meilleur et le convertis au médiocre
Qui suffira pour passer
Qui suffira pour repasser Lire la suite­­

Ce qu’ils aimaient chez elle, c’était son ami Sébastien

Classé dans : Parfait ! | Temps de lecture : 1 minute et 53 secondes | 0

Oui, elle connaissait cet endroit. Tous ses amis y allaient. Toutes ses connaissances s’étaient faites dans cette boîte.

Au début, les mecs la dévisageaient. Que foutait une meuf ici ? Et puis Sébastien l’avait présentée et elle était devenue la meilleure amie de chaque type. Oui, il fallait absolument qu’elle rencontrât Yann, Romain, Olivier ou Julien. Elle les rencontrait. Ils lui disaient « alors ? », elle approuvait.

Ce que les mecs aimaient chez elle, c’était son pote Sébastien. Lire la suite­­

« Si j’étais hétéro, je te prendrais sur le champ. »

Classé dans : Parfait ! | Temps de lecture : 1 minute et 27 secondes | 0

Neuf ans !

Neuf ans qu’elle l’écoutait dire combien les hommes étaient ci, les hommes étaient ça. Neuf ans qu’elle l’entendait se plaindre d’untel, d’untel ou d’untel, parce qu’il était con, lourd, abruti, mal foutu, trop bien foutu, prétentieux, grincheux. Neuf ans qu’elle venait le chercher à la sortie des boîtes, trop soûl pour se faire prendre en taxi. Neuf ans qu’elle venait le réconforter la nuit quand il se sentait seul, sale ou salaud. Neuf ans qu’elle lui disait qu’il trouverait enfin quelqu’un. Neuf ans qu’elle lui répétait qu’elle l’aimait et qu’il répondait que lui aussi. Neuf ans qu’elle l’entendait dire qu’il était nul d’être homosexuel quand il l’avait en face de lui. Neuf ans qu’elle n’approuvait pas, mais qu’elle partageait son avis.

Neuf ans et le voilà qui se tapait la première venue. Lire la suite­­

1 2