La maison de l’horreur du bonheur

Classé dans : Nouvelle noire, Un clip, une nouvelle | Temps de lecture : 3 minutes et 3 secondes | 0

1968. Une maison est à vendre à moitié prix. Pourquoi ? Petit tour du propriétaire avec l’agente immobilière.

Nouvelle noire inspirée de la chanson Stay Awhile du groupe américain She & Him, composé de Zooey Deschanel et M. Ward.


Les meubles restent. Tout reste. Évidemment, vous n’êtes pas obligés de tout conserver. Certaines choses sont vieillottes. Vous pourrez même les revendre. Imaginez : un nouveau frigo pour un vieux canapé ! N’est-ce pas magnifique ? Vous achetez une maison et vous gagnez de l’argent.

Les propriétaires actuels ? Il n’y a rien à signaler.  Lire la suite­­

Comme une fin du monde

Classé dans : Après la fin du monde | Variation E | Temps de lecture : 4 minutes et 4 secondes | 0

Mon frère vient de me présenter l’homme de sa vie. Le choc. Comme une fin du monde.

15e épisode de la série Après la fin du monde | Variation E narrant les derniers jours de la vie d’un homme… avant la fin du monde. (Lire l’épisode précédent : L’Enquête piétine).


— Je ne comprends pas, j’ai balbutié.

Alex s’est assis à notre table. Il a commandé un bloody mary.

Lorsqu’il l’a eu devant lui, j’ai redit :

— Je ne comprends pas.

— On s’est rencontrés dans une fête foraine, il y a trois ans.

— Je m’occupais de la mare aux canards, a expliqué Alex.

— C’est trop mignon, a gloussé mon frère.

Ils se sont embrassés sur la bouche. Un frisson m’a parcouru la peau. Lire la suite­­

Dieu a envoyé le sida sur terre pour tuer les gays

Classé dans : Citation !, Série TV | Temps de lecture : 2 minutes et 8 secondes | 0

Tous les Chrétiens ne sont pas homophobes, mais certains cherchent des excuses à leur haine, comme le démontre Josh Thomas dans sa formidable série Please Like Me. Citation tirée du génial épisode « Scroggin » centré sur le suicide.


 

Sommaire


 

En version originale

Josh: What about… God?

Mum: Oh, well, I don’t believe in God, but, I don’t like it when you go around telling people that He doesn’t exist.

Josh: But He doesn’t exist.

Mum: Why do you bother then?

Josh: Well, the other day, a Christian politician said that God sent AIDS to kill gays. I hate–I just–I think I’m allowed to rebut that.

Mum: Well, that guy sounds like an idiot. You’re allowed to bother him.

Josh: Okay. Just, mostly, I’m just surprised that God couldn’t come up with a better plan than AIDS, you know? It’s not very efficient. It doesn’t just kill gays.

Mum: No, it kills a lot of Africans. But, you know, God is clumsy like that. He’s notoriously clumsy.

Josh: Also I don’t understand, like, they got AIDS in the ’80s, you know? It took God six days to make the universe and that long to come up with AIDS? Like, what was it about the ’80s? Think he saw George Michael and was, like: « No! This shit has gone far enough. AIDS! »

Mum: Not all Christians believe that. It’s just that one guy.

Josh: Yeah.

Mum: Jesus was fine with gays.

Josh: Was he?

Mum: Yeah, like, he hung out with all those blokes who drank wine and (LAUGHING) washed their feet. (LAUGHING)

Josh: Is that a gay thing?

Mum: (LAUGHING)

Josh: Washing feet? I’ve never washed a foot. Is that what you think we do? You think we wash feet?

Lire la suite­­

Se relever tel un phénix

Classé dans : Nouvelle réaliste, Un clip, une nouvelle | Temps de lecture : 5 minutes et 1 seconde | 0

Biographie fictionnée de Conchita Wurst, qui se relève tel un phénix.

Nouvelle réaliste inspirée par Rise Like a Phoenix, de Conchita Wurst, grand gagnant de l’Eurovision 2014.


Je suis né dans les bas-fonds, parmi les machos et la bière. Le seul souvenir qui me reste de mon père est lui rotant contre la télé – un match de foot ou une actualité.

Ma mère m’expliquait sans cesse :

— Tu sais, ton père était un bon à rien – je n’étais pas bien meilleure, tu me diras – mais je valais tout de même mieux. Ton père est parti. Tu avais cinq ans et il est parti. Il n’a pas supporté de te voir mettre mon rouge à lèvres. J’avais beau lui répéter que c’était de ton âge, il n’a rien voulu entendre : il est parti. Moi, je suis restée. J’ai le sens des responsabilités. Ton père était un bon à rien. Lire la suite­­

Fasateen – Mashrou’Leila

Classé dans : Nouvelle réaliste, Un clip, une nouvelle | Temps de lecture : 4 minutes et 42 secondes | 0

— Ne m’appelle plus ainsi. Ne me considère plus comme ta mère… Nouvelle réaliste inspirée de la chanson Fasateen, du chanteur libanais Mashrou’Leila.


Ne m’appelle plus ainsi. Ne me considère plus comme ta mère

Sa mère se tenait sur le pas de la porte, lorsqu’il apparut. Il ne voyait rien sinon la foule regroupée dans le jardin, toute de blanc vêtue.

— Disparais, souffla-t-elle.

— Mam-

— Ne m’appelle plus ainsi. Ne me considère plus comme ta mère. Lire la suite­­