Rien ne ressemble plus à une élection qu’une autre élection

Classé dans : Dans ma ruche | Temps de lecture : 6 minutes et 22 secondes | 0

Les élections professionnelles s’ouvrent une nouvelle fois sans passion : un seul syndicat est représenté. Mais plus pour longtemps…

Épisode du cycle littéraire Dans ma ruche qui se traîne dans l’open space du cabinet FEPACI, spécialisé dans l’expertise sur l’amélioration de la performance des entreprises, de la productivité et des conditions de travail.


Dans une ruche, chaque abeille remplit sa fonction, chaque poste est défini et respecté pour le bien de l’ensemble de la société et le bien-être de sa reine.

Dans ma ruche, la situation est légèrement différente.

 

*

 

Deux salariés entrent dans les locaux. Julien, le délégué syndical, s’approche d’eux et leur tend un flyer.

— Votez pour le syndicat de l’honnêteté, de la liberté et de la justice. Nous nous battons au quotidien pour les salariés, les salariés et encore les salariés.

Ils attrapent le prospectus et s’éloignent, en s’interrogeant :

— C’est qui lui ?

— Je ne sais pas. Ce n’est pas le type du CE ?

— Les vacances ?

— Oui. Lire la suite­­

Le Bottom-up, La Démarche démocratique

Classé dans : Dans ma ruche | Temps de lecture : 5 minutes et 21 secondes | 0

Le cabinet est en récession. Une seule solution : le bottom-up, la démarche démocratique.

Épisode du cycle littéraire Dans ma ruche qui se traîne dans l’open space du cabinet FEPACI, spécialisé dans l’expertise sur l’amélioration de la performance des entreprises, de la productivité et des conditions de travail.


Dans une ruche, chaque abeille remplit sa fonction, chaque poste est défini et respecté pour le bien de l’ensemble de la société et le bien-être de sa reine.

Dans ma ruche, la situation est légèrement différente.

 

*

Fabrice L’Abbaye, le directeur général, reçoit le directeur financier du cabinet, Jean.

— La situation est mauvaise, Fabrice. Aucun plan mis en place jusqu’à présent n’a pas abouti. Les procédures ne sont pas suivies – je me demande même si elles sont entendues. Pour être cru, je crois que personne n’en a rien à foutre de rien. Chacun vient s’occuper de ses petites affaires, sans se préoccuper de ce que fait son voisin ou de la santé de la boîte.

Fabrice ouvre un tiroir et en tire un dossier.

— Il faut mettre en place un nouveau plan, Jean.

— Je doute qu’il soit plus entendu que le précédent.

— Laisse-moi faire.  Lire la suite­­

Une seule religion : le Capitalisme. Un seul Dieu : l’argent

Classé dans : Dans ma ruche | Temps de lecture : 3 minutes et 26 secondes | 0

Jean-François tient pour la énième fois des propos racistes à Jasmine qui menace de porter plainte contre lui et le cabinet.

Épisode du cycle littéraire Dans ma ruche qui se traîne dans l’open space du cabinet FEPACI, spécialisé dans l’expertise sur l’amélioration de la performance des entreprises, de la productivité et des conditions de travail.


Dans une ruche, chaque abeille remplit sa fonction, chaque poste est défini et respecté pour le bien de l’ensemble de la société et le bien-être de sa reine.

Dans ma ruche, la situation est légèrement différente.

 

*

Yvan, un consultant stagiaire, relit l’interview d’un salarié :

Au début, tout allait bien. Nous déjeunions ensemble. Nous dînions parfois l’un chez l’autre. Puis un jour, il a appris que je n’étais pas catholique, mais protestant. Depuis, il a arrêté de me parler. Les dossiers ont commencé à s’empiler sur mon bureau et les mails à être transférés automatiquement sur ma boîte, sans indication. Je ne comprends plus rien. Quand il voit que je n’y arrive pas, la seule chose qu’il me dit est :

— Demande de l’aide à ton Dieu, impie !

Je n’ai pas compris. Je ne comprends toujours pas. Nous avons le même Dieu.

Lire la suite­­

L’apprentissage doit viser la formation, non l’économie

Classé dans : Dans ma ruche | Temps de lecture : 4 minutes et 17 secondes | 0

Le contrat d’apprentissage d’Yvan n’est pas transformé en CDI, comme on le lui avait promis. Jérôme, son tuteur, s’engage cependant à lui trouver un poste…

Épisode du cycle littéraire Dans ma ruche qui se traîne dans l’open space du cabinet FEPACI, spécialisé dans l’expertise sur l’amélioration de la performance des entreprises, de la productivité et des conditions de travail.


Dans une ruche, chaque abeille remplit sa fonction, chaque poste est défini et respecté pour le bien de l’ensemble de la société et le bien-être de sa reine.

Dans ma ruche, la situation est légèrement différente.

 

*

 

— Malgré tes bons résultats, ta spontanéité et réactivité, tes qualités à occuper ce poste et les améliorations dont tu auras fait bénéficier le cabinet, Yvan, et malgré la promesse que nous n’avons faite lors de ton recrutement, nous mettrons fin à notre collaboration. Nous n’avons malheureusement aucun budget pour te créer un poste. Figure-toi que la crise, les réformes…

— Quelles réformes ?! s’étonne Yvan.

— Je n’en sais rien, répond Jérôme, son tuteur. C’est ce qu’on dit. Je n’ai pas cherché plus loin. Mais je peux me renseigner si tu le souhaites. C’est pour le dossier que tu traites actuellement ?

— Non. Non, merci.

Un silence pesant commence à s’installer.

— Bon, il se fait tard, déclare Jérôme en se levant.

— Je tombe des nues, commence Yvan.

Jérôme se rassoit. L’apprenti expert poursuit :

— D’autres cabinets m’ont fait des offres que j’ai tout de suite écartées. Tu m’avais assuré que je serais repris.

Yvan commence à pleurer. Jérôme est gêné :

— Je comprends ton désarroi, mais je suis démuni.

Le tuteur réfléchit un instant, avant de déclarer :

— Allez ! Je te promets de tout faire pour que tu sois pris en CDI. Non, mieux, je m’engage à te trouver un poste.  Lire la suite­­

En entreprise, rien ne se crée, tout se perd

Classé dans : Dans ma ruche | Temps de lecture : 3 minutes et 47 secondes | 0

Il est l’heure des entretiens annuels. Tout le monde souhaite plus. Malheureusement, en entreprise, rien ne se crée, tout se perd.

Épisode du cycle littéraire Dans ma ruche qui se traîne dans l’open space du cabinet FEPACI, spécialisé dans l’expertise sur l’amélioration de la performance des entreprises, de la productivité et des conditions de travail.


Dans une ruche, chaque abeille remplit sa fonction, chaque poste est défini et respecté pour le bien de l’ensemble de la société et le bien-être de sa reine.

Dans ma ruche, la situation est légèrement différente.

 

*

 

Jean-François, le responsable de la production, déboule dans l’open space et crache, à l’intention de Jasmine, une chargée de clientèle :

— T’es vraiment une gamine ! Je ne sais pas où tu as été élevée, ma pauvre fille, mais chez moi, ce que tu viens de faire ne se fait pas.

Jean-François file à son bureau et hurle à son assistante, Leila :

— T’es arrivée à quelle heure, toi, encore, ce matin ?!

Jennifer, la collègue de Jasmine, demande :

— Qu’est-ce qui lui arrive ?

— Je lui ai tenu la porte d’entrée en arrivant. Quand il m’a vu faire, il m’a fait de grands gestes, sans accélérer le pas. Lorsqu’il est arrivé devant moi, il a grogné : « Mais t’es conne ou abrutie profond ? Depuis tout à l’heure, je te fais signe pour te faire comprendre que ça ne sert à rien de retenir la porte : je sais l’ouvrir, Bon Dieu ! » Alors, je la lui ai fermée au nez.  Lire la suite­­

L’hôtesse d’accueil passe des commandes en fournitures

Classé dans : Dans ma ruche | Temps de lecture : 5 minutes et 10 secondes | 0

Judith l’hôtesse d’accueil fait tous les jours le tour de l’open space pour chercher de nouvelles commandes de fourniture. Pourquoi ?

Épisode du cycle littéraire Dans ma ruche qui se traîne dans l’open space du cabinet FEPACI, spécialisé dans l’expertise sur l’amélioration de la performance des entreprises, de la productivité et des conditions de travail.


Dans une ruche, chaque abeille remplit sa fonction, chaque poste est défini et respecté pour le bien de l’ensemble de la société et le bien-être de sa reine.

Dans ma ruche, la situation est légèrement différente.

 

*

 

— Mon fils a enfin trouvé un travail ! s’exclame Jasmine.

— Félicitations pour lui.

— C’est terrible. J’ai l’impression que c’était hier que je le déposais en pleurs devant la maternelle. J’aurais bien voulu, en l’honneur du bon vieux temps, l’accompagner à son travail, mais il a refusé. Il m’a même menacé ! Tu te rends compte ? Beaucoup de choses ont changé depuis la maternelle. À l’époque, c’est moi qui le menaçais de l’abandonner.  Lire la suite­­

1 2 3 4